chenille

chenille [ ʃ(ə)nij ] n. f.
XIIIe; lat. pop. °canicula « petite chienne », d'apr. la tête
ILarve phytophage des coléoptères et des lépidoptères, au corps allongé lisse ou velu, possédant des glandes séricigènes et dix paires de pattes. Les chenilles tissent à l'automne un cocon de soie où elles s'enferment et subissent des transformations ( nymphe, chrysalide) avant d'en ressortir adultes ( papillon) . Chenille de la noctuelle du mélèze, du sphinx de la tomate. Chenilles processionnaires du pin. Chenille du mûrier. bombyx, ver (à soie). « chenilles glabres ou velues — minuscules ours bruns, roux ou noirs — , molles ou caparaçonnées, chargées d'ornements baroques » (Tournier). Lutte contre les chenilles ( écheniller) . IIPar anal.
1(1680) Passementerie veloutée en forme de chenille, qui peut se tricoter. Résille de chenille. Pull en chenille.
2(1922) Bande métallique articulée ( tuile) isolant du sol les roues d'un véhicule pour lui permettre de se déplacer sur tous les terrains et de franchir certains obstacles. Véhicules à chenilles, munis de chenilles. autochenille, autoneige, bulldozer, 1. char, chenillette, motoneige, tank. Tracteur à chenilles. « Le char d'infanterie est tout simplement un tracteur sur chenilles » (Maurois).

chenille nom féminin (latin canicula, petite chienne) Forme larvaire des insectes de l'ordre des lépidoptères. (L'adulte est le papillon ; la nymphe, la chrysalide.) Bande sans fin souple, à maillons métalliques ou en caoutchouc liés et articulés par des axes à chacune de leurs extrémités, interposée entre le sol et les roues d'un véhicule pour assurer la traction dans des terrains à faible coefficient d'adhérence. Horticulture Petit tunnel constitué d'arceaux recouverts d'un film transparent de matière plastique et abritant une culture. Textiles Passementerie faite d'un étroit ruban de soie effilé et tordu sur lui-même, employé dès la fin du XVIIe s. dans le costume et l'ameublement. Fil fantaisie formé par des brins de soie pris dans chaque torsion de fils de coton ou de soie. Fil retors portant des poils plus ou moins longs. ● chenille (citations) nom féminin (latin canicula, petite chienne) David Herbert Lawrence Eastwood 1885-Vence 1930 L'humanité n'a jamais dépassé l'étape de la chenille, elle pourrit à l'état de chrysalide et n'aura jamais d'ailes. Humanity never gets beyond the caterpillar stage. It rots in the chrysalis, it never will have wings. Femmes amoureuses, XI

chenille
n. f.
d1./d Larve des papillons, formée d'anneaux ou segments, munie de mandibules dont elle se sert pour ronger feuilles et fleurs. La chenille du bombyx du mûrier est le ver à soie.
d2./d Par anal. Bande métallique articulée passant sur deux roues motrices qui permet aux véhicules automobiles de circuler sur des terrains peu consistants ou accidentés. Chenilles d'un char d'assaut.
d3./d Gros cordon tors, de soie veloutée, dont on fait des objets de passementerie.

⇒CHENILLE, subst. fém.
A.— Larve de papillon, au corps allongé, formé d'anneaux et généralement velu (cf. asticot, ver). Chenille arpenteuse, processionnaire. Le vieux cognassier, tout barbu de nids de chenilles (RAMUZ, Aimé Pache, peintre vaudois, 1911, p. 61) :
1. Mais ces fleurs vénéneuses nourrissaient la belle chenille tithymale, verte avec des taches sombres, et un papillon en devait naître, un sphinx aux ailes colorées des plus fines nuances.
P. BOURGET, Le Disciple, 1889, p. 99.
2. ... une chenille qui se déplaçait dans le feuillage en faisant, par des rapprochements successifs de la tête et de l'arrière-train, des espèces de pas arqués.
G. DUHAMEL, Chronique des Pasquier, Vue de la Terre promise, 1934, p. 120.
P. compar., vieilli. Laid comme une chenille :
3. Doué d'instincts de petite maîtresse, qui contrastaient singulièrement, d'ailleurs, avec sa laideur de chenille, il usait de savons parfumés à l'héliotrope le plus pur...
COURTELINE, Le Train de 8 h 47, 1888, I, p. 11.
[En constr. d'appos. avec valeur d'adj.] :
4. Sa maigreur [d'un mendiant] est hideuse aux trous de sa guenille.
Et le seul point par où ce fantôme chenille
Touche aux hommes courbés le soir et le matin,
C'est, à l'aube, au couchant, sa prière en latin,
Dans l'ombre, d'une voix lente psalmodiée.
HUGO, La Légende des siècles, Le Jour des rois, t. 1, 1859, p. 221.
En chenille. Cette fleur en chenille Qui met sa grappe blonde aux bras des châtaigniers (R. DE MONTESQUIOU, Les Hortensias bleus, 1896, p. 79).
P. métaph.
♦ [P. réf. à la voracité de cet animal] L'affectation, cette chenille qui dévore les germes et les boutons les plus verts (MUSSET, Le Temps, 1831, p. 138).
♦ [P. réf. à sa forme] La petite chenille jaune du tramway s'avance sur deux fils métalliques (MORAND, New York, 1930, p. 48) :
5. Les branches étaient chargées chacune d'une longue chenille de neige cristalline; ...
ROMAINS, Les Hommes de bonne volonté, Verdun, 1938, p. 80.
6. Des paquets de patrouilles, des fourrageurs, des processions de petites chenilles noires à pantalons jaunes parcouraient les champs; des mouches vertes en uniforme de carabinier s'aggloméraient autour des fermes.
GIONO, Bonheur fou, 1957, p. 137.
En partic. Personne négligeable ou méprisable :
7. — Confrère...
Il déploya les bras comme un oiseau étend ses ailes, et toisa la chenille qui s'était permis de le traiter avec tant de familiarité.
L. CLADEL, Ompdrailles, 1879, p. 298.
8. Dès son enfance la plus lointaine, cette chenille du purgatoire avait exigé rigoureusement qu'elle ne se plaignît jamais, prétendant qu'une enfant doit être la récompense et la « couronne » d'une mère.
BLOY, La Femme pauvre, 1897, p. 30.
Emploi adj., vx, région. Méchant :
9. ... le rossignol est prié un jour à la noce. Et il dit comme ça à l'anvot : « Prête-moi ton œil, mon camarade, je te le rendrai sans faute ». Et il va à la noce, fier comme un paon d'avoir deux yeux (...). Et il revient, et l'anvot lui réclame son œil. « Ton œil? Quel œil? Par mon père et ma mère, je ne sais pas ce que tu veux dire ». Il était rudement chenille, ce rossignol!
GENEVOIX, Raboliot, 1925, p. 130.
Rem. On rencontre ds la docum. le subst. masc. chenillon. Fille laide, avorton. Bougre de chenillon! (ZOLA, L'Assommoir, 1877, p. 679).
B.— [P. anal. d'aspect]
1. Vieilli. Passementerie et, p. méton., ouvrage de passementerie ayant la forme et l'aspect velu d'une chenille. Larges chapeaux enjolivés de chenilles de toutes couleurs (NERVAL, Le Marquis de Fayolle, 1855, p. 191). Des causeuses brodées en chenille sur satin blanc (E. et J. DE GONCOURT, Journal, 1862, p. 1040). Un tapis en chenilles de laine (GIDE, Les Caves du Vatican, 1914, p. 765). Une lourde résille de chenille rouge (GYP, Souvenirs d'une petite fille, 1927, p. 212).
P. méton., vx. Habillement négligé pour homme. Ces charmants déshabillés, appelés par le peuple chenilles (E. DE GONCOURT, La Maison d'un artiste, 1881, p. 325) :
10. ... nos élégans couraient le soir, en chenille, disputer à leurs valets-de-chambre des bonnes fortunes aux guinguettes ou aux théâtres des boulevarts.
JOUY, L'Hermite de la Chaussée d'Antin, t. 3, 1813, p. 20.
2. Vieilli. Crinière de casque à poils ras. L'énorme chenille rouge d'un casque de carabinier (COURTELINE, Femmes d'amis, 1888, p. 80). Le casque d'argent avec chenille noire et plumet blanc (A. FRANCE, Pierre Nozière, 1899, p. 99).
3. Bande sans fin articulée, isolant du sol les roues d'un véhicule, permettant ainsi à ce dernier de se déplacer sur tout terrain. Tracteur à chenilles. Un petit char Renault immobilisé en plein carrefour parce que sa chenille était cassée (ABELLIO, Heureux les pacifiques, 1946, p. 301). Des pelles mécaniques montées sur chenilles (J. STOCKER, Le Sel, 1949, p. 25).
Rem. 1. Les dict. et certains écrivains attestent, ces derniers entre guillemets, le synon. techn. caterpillar, empr. tel quel à l'anglo-amér. de même forme et de même sens « Bande métallique enroulant ensemble la roue avant et la roue arrière d'un tracteur puis d'un véhicule, pour lui permettre de « ramper » sur tous les terrains, et ainsi de franchir tout obstacle et ne pas s'enliser » (cf. CÉLINE, Voyage au bout de la nuit, 1932, pp. 591-592; GIDE, Journal, 1918, p. 646; GOURMONT, Esthétique de la lang. fr., 1899, p. 178). 2. On rencontre ds la docum. a) chenillant, adj. Persévérant et importun. Il [Brunetière] fut si insistant, si chenillant, si cajoleur que mon père... aurait peut-être cédé (L. DAUDET, Quand vivait mon père, 1940, p. 231). b) cheniller, verbe intrans. Avancer à la manière d'une chenille. Une bonne femme aveugle (...) chenillait le long du train, et elle tâtait les wagons pour se conduire (MONTHERLANT, Les Bestiaires, 1926, p. 457). c) chenillement, subst. masc. Action d'avancer à la manière d'une chenille. Une longue traînée brunâtre, qui s'avance avec une lenteur ondulante, avec un chenillement incessant et tranquille, nous représente tout de suite une caravane (LOTI, Au Maroc, 1889, p. 48).
Prononc. et Orth. :[()nij]. [] muet ds les dict. hist. de FÉR. 1768 à DG; pour les dict. mod. ds PASSY 1914, DUB., Pt Lar. 1968 et Lar. Lang. fr. [] facultatif ds Pt ROB. et WARN. 1968; à ce sujet cf. chemin. FÉR. 1768, FÉR. Crit. t. 1 1787, GATTEL 1841, NOD. 1844, FÉL. 1851 et LITTRÉ transcrivent [] mouillée à la finale. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1214 zool. (Angier ds M.-K. POPE, Ét. sur la lang., p. 92); 1690 fig. « personne méchante » (FUR.); p. anal. 2. 1680 « passementerie » (RICH.); 3. 1922 autom. (Lar. univ.). Du lat. canicula proprement « petite chienne » (en raison de la forme de la tête de la chenille) attesté en lat. class. aux sens de « chien de mer » et fig. de « femme acariâtre »; le sens 3 est peut-être un calque de l'angl. attesté dep. 1915 ds NED Suppl. Fréq. abs. littér. :408. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 443, b) 722; XXe s. : a) 508, b) 663.
DÉR. 1. Chenillé, ée, adj. a) [Correspond à chenille A] Néol. Dont l'aspect évoque des chenilles. Des bois chenillés — dont le fil sinueux présente des entrelacs aux vives colorations entourant des plaques de teinte vive semées au hasard (J. VIAUX, Le Meuble en France, 1962, p. 5). b) [Correspond à chenille B 1] Vieilli. Garni de chenilles. Brillant costume (...) satin couleur de rose avec nœuds d'argent chenillés d'or (G. SAND, Consuelo, t. 3, 1842-43, p. 363). c) [Correspond à chenille B 3] Dont les roues sont munies de chenilles. Semi-chenillé. Dont les roues motrices sont munies de chenilles. Les véhicules semi-chenillés (auto-chenille) (Ch. CHAPELAIN, Cours mod. de techn. automob., 1956, p. 24). [()nije]. 1res attest. 1611 « qui rappelle la chenille » taffetas chenillé (COTGR.); début XXe s. ds Lar. Lang. fr.; 1956 véhicules semi-chenillés (CHAPELAIN, loc. cit.); 1960 (Lar. encyclop.); de chenille, suff. . 2. Chenill(i)ère,(Chenillère, Chenillière) subst. fém. Nid de chenilles. Des ramures prises dans des chenillières solides comme nids d'étoupe (CENDRARS, L'Homme foudroyé, 1945, p. 229). [()]. Dernière transcr. ds PASSY 1914. Pour [] muet cf. chenille. 1res attest. début XVIIe s. chenilliere (Resp. à l'Anti-Coton, p. 13 ds GDF. Compl.) — 1642 (Oudin, ibid.); à nouv. en 1945 chenillière (CENDRARS, loc. cit.); de chenille, suff. -(i)ère. 3) Chenillette, subst. fém. Petit véhicule militaire chenillé (cf. auto-chenille). La « chenillette d'infanterie » française était un petit véhicule automobile sur chenilles, blindé et assez bas pour être peu visible (H. TINARD, L'Automob., 1951, p. 358).
BBG. — GOUG. Mots t. 2 1966, pp. 114-115. — SAIN. Sources t. 1 1972 [1925], p. 53, 113. — Termes techn. fr. Paris, 1972, p. 23.

chenille [ʃ(ə)nij] n. f.
ÉTYM. XIIIe; lat. pop. canicula « petite chienne », d'après la tête de la larve, comparée à celle d'un chien.
———
I Larve des Lépidoptères (papillons), à corps allongé formé d'anneaux, souvent velu. || La chenille est nuisible aux arbres et aux plantes dont elle ronge les feuilles et les fleurs. || La chenille file une enveloppe où elle s'enferme ( Cocon) et se transforme en papillon ( Chrysalide). || Groupement de chenilles. Chenillère, peloton (de chenilles). || Chenilles processionnaires.La chenille, les chenilles d'une espèce de papillons, du machaon (cit.). || Chenille du mûrier. Bombyx (ver à soie). || La chenille du blé, dite aussi ver gris, larve de l'agrotis. || Chenille de la vigne. Pyrale. || Chenille des arbres fruitiers ou chenille fileuse. Hyponomeute. || Chenille du noisetier, du saule, du hêtre, ou chenille arpenteuse. Géomètre. || Chenille qui vit dans le tronc des arbres. Zeuzère. || Lutte contre les chenilles. Échenillage, écheniller. || Insectes, carabes destructeurs de chenilles.
1 Si Locke eût réfléchi un moment aux idées innées des animaux, il se fût convaincu que c'est par elles qu'une chenille sortant de son œuf (…) se choisit une retraite sous une branche (…) qu'elle s'y file une coque avec un art admirable.
Bernardin de Saint-Pierre, Harmonies de la nature, V.
2 (…) ils (les tramways) répandaient leur charge à même le sol et repartaient vers la ville, l'un touchant l'autre, comme les chenilles processionnaires.
G. Duhamel, le Temps de la recherche, VII, p. 94.
Par compar. (vieilli). || Être laid comme une chenille.Fig. || C'est une chenille, une personne repoussante au physique et au moral.
———
II Par anal.
1 (1680). Fil fantaisie formé par des petits brins de soie pris dans chaque torsion du fil de coton ou de soie. || Résille de chenille.
2 Crinière de casque, allongée.
3 Fusée qui éclate en forme de chenille lumineuse.
4 (1922). Élément de transmission articulé, isolant du sol les roues d'un véhicule pour lui permettre de se déplacer sur tous les terrains et de franchir certains obstacles. Caterpillar (marque). || Véhicule muni de chenilles, véhicule à chenille. Chenillé; autochenille, char (d'assaut), chenillette, tank, tracteur. || Roue dentée entraînant la chenille. Barbotin.
3 Le char d'infanterie est tout simplement un tracteur sur chenilles (…) Les chenilles lui permettent de franchir les tranchées, sa masse de traverser les réseaux de barbelés (…)
A. Maurois, Terre promise, XVII, p. 118.
4 Il (le char) s'était jeté sur la route vide, et courait avec son chahut de chenilles sous le fracas des mitrailleuses anti-tanks.
Malraux, l'Espoir, II, II, V.
5 Quelquefois, un morceau de mur résiste. Alors le bulldozer s'arc-boute contre lui (…) Les deux chenilles patinent dans les gravats en jetant des étincelles.
J.-M. G. Le Clézio, les Géants, p. 182.
DÉR. Chenillé, chenillère, chenillette.
COMP. Autochenille, écheniller.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • chenillé — chenille [ ʃ(ə)nij ] n. f. • XIIIe; lat. pop. °canicula « petite chienne », d apr. la tête I ♦ Larve phytophage des coléoptères et des lépidoptères, au corps allongé lisse ou velu, possédant des glandes séricigènes et dix paires de pattes. Les… …   Encyclopédie Universelle

  • chenille — CHENILLE. sub. f. Sorte d insecte reptile à plusieurs pieds, qui ronge les feuilles et les fleurs des plantes et des arbres. Grosse chenille. Chenille grise, jaune, verte. Paquet de chenilles. Les chenilles se changent en papillons.Chenille, se… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Chenille — (Dress) An open edging for ladies dress, of silk thread corded. It obtains its name from its resemblance to the convolutions of a hairy caterpillar, the Chenille of France. CHENILLE This is a term primarily applied to a fancy yarn which is made… …   Dictionary of the English textile terms

  • chenille — CHENILLE. sub. f. Sorte d insecte, reptile à plusieurs pieds, qui ronge les feüilles & les fleurs des plantes & des arbres. Grosse chenille. chenille grise, jaune, verte. paquet de chenilles. les pluyes chaudes font crever les chenilles. les… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Chenille — may refer to: the French word for caterpillar Chenille fabric, a type of fabric (either a type of cored yarn or the fabric made from it) Chenille plant Chenille stem, a kind of pipe cleaner This disambiguation page lists articles associated with… …   Wikipedia

  • Chenille — nennt man eine gewisse Art rauher, sammtartiger Fäden, deren sich der Seidenweber zu seiner broschirten Arbeit bedient, und die Damen zu einer besondern Stickerei, so wie auch noch zu manchen andern zierlichen Arbeiten brauchen. Der Stoff zur… …   Damen Conversations Lexikon

  • Chenille — Che*nille (sh[ e]*n[=e]l ), n. [F., prop., a caterpillar.] Tufted cord, of silk or worsted, for the trimming of ladies dresses, for embroidery and fringes, and for the weft of Chenille rugs. [1913 Webster] || …   The Collaborative International Dictionary of English

  • chenille — 1738, from Fr. chenille (13c.), properly caterpillar, lit. little dog, from L. canicula a dog (also a violent woman; the star Sirius; the worst throw in dice ), dim. of canis dog (see CANINE (Cf. canine)). So called for its furry look …   Etymology dictionary

  • chenille — Chenille, Bruchus, Campe. Chenille de vigne, Conuoluolus …   Thresor de la langue françoyse

  • Chenille — (fr., spr. Schenillj, d.i. Raupe), 1) eine einer haarigen Raupe ähnliche Schnur. Die Kette besteht aus 3 bis 7 mit leinenen Fäden abwechselnden Seidenfäden, der Einschlag aus farbiger Seide Das 6–8 Zoll breite gewebte Band wird in Längenstreifen… …   Pierer's Universal-Lexikon

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.